Retour

 

la maison de Jeanette

La vieille méson

 

(Parler du Mellois)

La pu jholie qu'i'ai vu, ell' est pas queum' les autres,
E s'cach' bin timid'ment, dans un p'tit coin d'sa cour,
Minme s'ell' a pas l'cot d'patt' de Mansart et d'Le Nôtre,
Ell'a un'treille devant, et dos fIleurs alentour.

Quant i l'ai vu d'vant mé, i ai sonjhé au Grand Meaulnes
A tous çhiés sonjhes qu'on fait autour de ses chinz'ans ;
Aux contes et aux histoires queume chiell' dau roi daus aulnes,
Daus sirènes çh'iattiriont les marins en chantant.

Ecllairant à la fnêtre, o i'avait d'la chandelle,
Queum'un'oeil malicieux qui m'disait d'aprcher.
Tout queume chiés papillons qu'on appelle les noctuelles
I'ai pas pu résister, alors i'ai avancé !

I'ai toqué à la porte qu'avait pas l'air couéraie,
I'ai entendu un' voix qui m'disait d'avancer,
Mais i m'sé arrêté au bout d'deux enjhambaies :
I'en créyais pas mes oeils de c'qu'i vayais d'vant mé !

Queume si i'avais r'chulé d:une boune centaine d'annaies :
Prtout dans çhiell' méson, o l'était queum' d'aut' fès,
Les meubll' les pots, les jhouets, et la grande cheminaie,
La jholie suntonjhaise, sous sa couèff' çhi souriait !

I'étais tout ébaroui, l'avais la virounète,
I' avais, pas vu qu' çhieuqu'un s'était apperché d'mé
Et çhi m'disait : « Bénvnue dans la mésun d'Jeannette,
Vous sé içhi chez vous, v'nez, i'allons visiter ! »

Dans la pièce d'à coûté, o i'avait un' grand' tablle
Qu'était toute abrjhaie pr daus pilots d'papés,
Et pis tout alentour, daus mondes à l'air aimablle
Chi m'avont dit : « Bonjhour, queu bon vent t'a am'né ! »

I'étais dans çhio l'endret voure qu'o s'prépare AGUIAINE,
Et pis otout l'SUBIET, et le p'tit SUBIOCHON,
Dans çhio conservatouère de nous coutumes anciennes :
Nous'aut' les descendants daus Pictons daus Santons.

En sus, dans l'pllanchatras, i'ai vu les écrivajhes,
Et tous les émollés daus anciens endormis :
I'arais voghu peghère en torner tout' les pajhes
Et causer avec z'ors queum'en cause entre amis.

I m'sé nallé sans brut de la p'tite mésounette
O brassait dans ma tête : en mé minme i sonjhais,
Un p'tit mélancolique, queume quand on r'vint d'la fète,
Qu'les anciens viviont core : çhieuqu'un s'en occupait !

I'avais percé l'secret de la méson d'Jeannette :
On y pouss' sans langhir le passé dans l'présent !
I m'sé rendu chez nous en ayant l'çhieur en fète,
L'était core bin vivant, çhio parlanjhe que i'aim' tant !

Merci trtous les mondes de la p'tite méson d'pierres,
Merci d'mouiller vous ch'mises, et d'y manjher vout' temps ;
Avec un merci d'mé, la Jacqu'line et l'gas Pierre :
L'endret convint si bin à l'ouvrajhe çhi s'fait d'dans !


texte de Raymond SERVANT
Congrès SEFCO 2004 à Gond Pontouvre
Paru dans Subiet n° 4-2004



Histoire de la maison de Jeannette
 Visite guidée

Page mise à jour en 2008