Le grand Simounet



Titre Auteur Type Mo Durée Pour écouter, clic sur la flèche verte
On a coppé la treille Simounet’ Poésie 1,95 2’08"

 

On a coupé la treille

On a coppé la treille !...
A ghînnait... o l’est sur !
Et pis... a l’était veille,
Rollée le long d’son mur...

On a coppé la treille
Peur mett’ ine véranda.
Sur qu’o l’est pas pareil...
Mais o s’ra ben pus biâ !...

O l’était qu’ine Folle bianche,
Dounnant thieuques raisinâs,
Mais, dans l’mitan d’ses branches
Se saquiant mil oziâs !...

L’était teurjhou en peine,
D’oïdium ou b’de mildiou...
Mais, peur n’en prenr’ine graine,
Tavis qu’à tende le cou !...

On a coppé la treille !...
A ghînnait... O l’est dit’.
O l’est coum’ thiellées veilles
Qu’en f nissant pas d’mourit’ !

On a chassé la veille
De sa prop’r maison...
Y avait pus d’pyace peur elle...
Faut ben s’faire ine rason !...

On a loghé la veille...
Anvec d’aut’ vieux coum’ lé !
O l’est pas d’main la veille
Qu’a s’en r’teurn’rat’ chez lé !

Tu verras !... Tu s’ras beun’ !...
Jh’érons t’voère totes les s’maines !
Jhe prenrons soin d’ton cheun’...
T’as pus à t’faire de peine !...

Peurtant !... A savait faire
Le milliat coum’ peursounne...
Et a z’ou r f’rait encoère
Peur in peu qu’o l’adounne !...

Sortie de sa thieusine...
O l’est coum’ s’y on z’y avait
Arraché les racines...
Peur les fout’ au bourrier !...

On a coppé la treille !...
A ghînnait... o l’est sûr !
Et pis... a l’était veille,
Rollée le long d’son mur.

On a enl’vé la veille !...
A ghînnait... peur de sur !
Et... Que v’iez vous qu’o seye.
Ine veille... de cont’ in mur ?...


SIMOUNET’, 15 avril 1991.